41cdf5457bbd5ff54fb0db8cecd6ee7f513e0009a6d15

Ce weekend, il m’est encore arrivé un truc que je ne fais que rarement : j’ai feuilleté le magazine télé. Eh oui, même si je continue de payer cette chère redevance, il est loin le temps où le vendredi j'épluchai consciensieusement le magazine pour voir quelles soirées étaient embellies par telle ou telle émission ô combien palpitante… Du coup, pour une fois je l’ai bien feuilleté, jusqu’à tomber sur des émissions dont je ne connaissais même pas l’existence. En effet, je suis tombé sur la page de la chaîne « Numéro 23 ». Première surprise : je ne pensais pas que les noms de chaîne aussi pourris avaient survécu à la disparition de la « Cinq ». Puis, au hasard de ma frénétique lecture, je tombe sur une autre surprise : l’émission Ink Masters. Si j’ai bien compris le concept, c’est une émission de téléréalité basée sur une compétition de tatoueurs, voilà c’est à peu près tout ce qu’on peut en dire.

Finalement, c’est pas plus intelligent que Top Chef, Cousu Main ou Splash. On se situe dans la même zone du cerveau, celle qui est moins irriguée que les autres, celle qui ne sert à rien, celle où il y a autant d’écho que dans une boîte à chaussures. Toutes ces émissions reposent sur le même principe. Première étape : sélectionner des candidats, si possible des « originaux » si tant est que ça existe encore ; leur bourrer le mou en leur faisant croire qu’ils ont un réel talent dans ce qu’ils font. Deuxième étape : trouver des sponsorspour meubler les créneaux de pub des futures émissions. Troisième étape : organiser une compétition entre ces candidats ; les filmer et recueillir leurs avis éclairés ; faire un montage ingénieux pour faire croire que ces candidats ont de la matière grise. Quatrième étape : lancer la diffusion de cette émission en plusieurs épisodes rallongés par une alternance de « previously » et de spots de pub sans fin.

tele-realite-les-anges-nabilla-secret-story

Cette technique est magique puisqu’on peut la décliner sous toutes les formes et sur tous les thèmes. Au début des années 2000, la chanson a « ouvert la voix », si je puis dire avec la Star Ac’ et Pop Stars, même si Pascal Sevran dans les années 1990 était en fait un vrai pionnier. Le spectateur ayant aussi des envies de voyage et d’aventures, les producteurs ont décliné le concept avec Koh-Lanta ou Pékin Express où les candidats luttent pour être le meilleur « aventurier ». Pour les moins téméraires, toute la vague des « Opération Marjolaine sur l’île du Bachelor » où l’objectif était de dénicher la plus belle pétasse ou le plus beau Don Juan, d’ailleurs placés au même point, preuve que la lutte n’est pas finie…

Là, on pensait avoir touché le fond mais les producteurs ont trouvé une formidable pelleteuse et ont creusé encore plus profond avec des émissions consacrant « le pire » ou « le meilleur » : Top Chef et Master Chef (remarquez l’originalité des noms…) pour le meilleur cuisiner, Zéro de conduite pour le pire chauffeur, You can dance et Danse avec les stars pour le meilleur danseur, Ice Show pour le meilleur patineur, Splash pour le meilleur plongeur, le Meilleur Pâtissier et Qui sera le prochain grand pâtissier pour… le meilleur pâtissier, Friends Trip pour le meilleur ami, Cousu main pour le meilleur couturier, etc.

Mais cet esprit de compétition ne se limite pas aux seuls talents des participants puisque la déclinaison aborde aussi le patrimoine avec le Village préféré des Français ou le Monument préféré des Français et sur les événements avec Bienvenue chez nous sur les maisons d’hôte ou Quatre mariage pour une lune de miel…

Tele-realite-A-la-recherche-de-la-mere-porteuse

Cette tendance est assez symptomatique de la télévision et, par voie de conséquence, de la société. Vouloir tout mettre en compétition, vouloir tout comparer implique donc que tout est sur le même pied d’égalité. Cette manie s’applique à gommer toute originalité, toute diversité puisqu’il faut des points de comparaison pour organiser la compétition. Objectivement, j’attends avec impatience la suite de ces programmes : le meilleur enterrement, la plus belle raquette de ping-pong, le plus beau mollard sur le trottoir, le plus bel accouchement (ah merde, déjà fait !). A moins que les chaînes de télé se décident à rentrer elles-mêmes dans la compétition pour devenir la meilleure chaîne de télé, quitte à faire disparaitre les autres…